29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 01:00

 

G.C.

 

 

 

UN TESTAMENT DE 1761

 

"Homologation de déclaration testamentaire en faveur de Jean Emanuel Ramuz de Sullens et Jeanne-Marie Ramuz, femme d'honnoré Gédéon Bader de Longirod ..."

 

 

Séance de la justice de Sullens :

Pdt M. le lieutenant Tappy

 

Présents :

Le secrétaire Henriod pour la commune et aussi tuteur de Jean Emanuel Ramuz,

 

et Maître François Porchat de Penthaz,

Pour honorée Jeanne-Marie Ramuz, femme de Gédéon Bader de Longirod et Jeanne Perrochon, veuve de Maître Denys Porchat,

 

Lesquels ayant appris que feu Isaac Ramuz aurait établi un testament en présence de Pierre Rumuz juré et Jacques Guignard, régent. Ils demandent que ces deux confirment la chose pour homologation du testament s'il est en leur faveur...

 

Les 2 témoins confirment avoir été appelés le 1er mars dernier (1761) pour recevoir

 

"La disposition qu'il souhaittoit de faire de ses biens après avoir recommandé son âme à Dieu son créateur, et l'a prié de lui pardonner ses péchés, a déclaré qu'il donne aux pauvres dudit Sullens un florin trois sols, ensuite il a légué à François Isaac Louis Ramuz fils de Claude son filleul, toutes ses armes et une paire de culotte au père de son dit filleul; item laissé la jouissance de tous ses dits biens à honorée Jeanne Perrochon veuve de Porchat sa mère. Quant à ses autres biens non légués, il a nommé et institué pour héritiers Jean Emanuel Ramuz son frère et Jeanne-Marie Ramuz sa sœur, femme de Gédéon Bader de Longirod, révoquant toutes les autres déclarations précédentes"

 

Les exposants demandent l'homologation du testament ce qui fut fait ce 3e avril 1761 signé : Prenleloup

 

"Au nom de Dieu amen a tous soit notoire comme le vingt-sixième de Décembre mille sept cent et onze honnoré Samuel Badan habitant à Lausanne fils de feu honnoré Pierre Badan vivant de Sullens, fut par le vouloir de Dieu malade de corps néanmoins de bon sens, mémoire et jugement auroit requis le notaire soussigné de recevoir son testament ... premièrement il a légué au pauvre dud. Sullens cinq florins... Et pour ses vrais et unique héritiers a nommé et institué honnêtes Jean et Anne Madeleine Badan ses fils et filles par égale portion... Et quant à honorée Jeanne Beaud sa femme... elle ait sa demeure avec ses dits enfants et qu'ainsi soient tenus de lui obéir et quelle en soit mère tutrice... ."

 

(Lui sont réservés encore deux champs - l'un à Sullens, l'autre à Bournens - Acquis avec "les deniers dicelle")

 

Le testament est signé "Vivian"

 

 

 

Mais Samuel Badan survivra quelque peu semble-t-il, car le testament n'a été homologué que le 13 décembre 1714 :


"Nous le Bourgmaistre et Conseil de Lausanne scavoir faisons ... : (avons) homologué approuvé et authorisé...Donné sous nautre sceaux et signature de secretare soubsignier …"

 

Signé : Secretan

 


http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRGIumuzfSQoZyjwZ1BMdX88DiBqoL_ulGI_DjVE9bWeJegtU0ooA HOME

 

~-~-~-~-~-~-~-~

 

"Les Herbettes"  

Lè z'Herbè, lè Medez-Herbè (les mange-herbe). Les ménagères de Sullens n'avaient pas beaucoup d'affinité pour la viande et préféraient des plats plus végétaux. Elles apprêtaient de ce fait surtout les herbes, c'est-à-dire des épinards, pissenlits et autres.
 

Rechercher

Sullens  -  Bournens  -  Boussens 

Les sociétés locales peuvent annoncer leurs manifestations et soirées sur le site en cliquant ici 

Si certains liens/informations ont changé

ou ne fonctionnent pas,

merci de nous en informer par e-mail

SOS

 

Tél. 144

Centrale d'urgences sanitaires 

 

Tél. 0848 133 133

Centrale des médecins + dentistes + pédiatres + psychiatres + pharmacies de garde

Météo

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRGIumuzfSQoZyjwZ1BMdX88DiBqoL_ulGI_DjVE9bWeJegtU0ooA HOME