13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 09:50

Terminologie

A partir de quand existait-il une école au village ?

 

En tout cas, Sullens a un régent en 1727. Il s'appelle Vidoz, selon le compte communal, et il touche pour sa pension et logement la somme modeste de 11 florins 9 sols.

 

En 1732, Sullens est à la recherche d'un régent et adresse une requête à LLEE, qui répondent assez évasivement, l"'Extrait du Manuel du Conseil de la ville de Berne" suggère que le seigneur de Sullens pourrait contribuer de son côté, en plus de ce que la Commune et les "pères de famille" pourraient faire.

 

En 1744, on trouve mentionné un nouveau régent, Henry Convers, "de la Sagne, comté de Neufchatel". La situation financière s'est alors bien améliorée'. "Pension y compris les 10 fl que la commune lui doit pour la jouissance d'un chenevier: 75 fl" A cela s'ajoute la contribution des parents qui doit être de 15 batz par élève. La Commune paie régulièrement la part que les pauvres ne peuvent pas donner. Le régent, apparemment est déjà logé dans la maison de commune, où se trouve la classe, avec le four banal droit dessous pour profiter de la chaleur. L'été, on travaille dans une salle à côté, plus fraîche.

 

Le programme de l'école est sous la dépendance de l'Eglise: on apprend à prier, à lire les psaumes, la Bible et le Nouveau Testament, le catéchisme, à écrire et le calcul. On ne pouvait quitter l'école avant de savoir le catéchisme. Si nécessaire, on y allait avec des "leçons particulières": la Commune en paiera pour que tels enfants pauvres puissent être libérés de l'école ! Le pasteur préside donc chaque printemps aux "interrogats".

 

Le régent est semble-t-il bien considéré puisqu'on le voit admis au "ressat", à l'examen des comptes communaux. Il a le droit naturellement de miser des glands, des poires, du terrain. On entretient son appartement et sa cheminée. Il lui arrive de garder un enfant "placé" ou "misé". Il a aussi généralement la surveillance de l'horloge, et doit alors sonner midi: rétribution de 25 florins.

 

Le régent Convers s'en va. "Livré au précédent régent en reconnaissance: 10 fl" (1)

 

Le successeur s'appelle Jean-Jacques Guignard, et restera longtemps en fonction, et même au-delà ! En effet, en 1785, il y a une "histoire" avec ce régent. Quoi ? Ah !

 

"Le Régent s'est plaint dans un billet daté du 23 (février) que le secrétaire a dit des choses fausses sur son compte au Pasteur; le secrétaire affirme n'avoir dit que la vérité. L'assemblée se range unanimement du côté du secrétaire"

(signé) Benjamin Descombes chatelain, 25e février 85

 

On s'affaire. Le 10 mars, le gouverneur va à Lausanne se plaindre à M. le Baron de Montolieu à propos de la place de régent vacante:

 

"Pour avoir fait mettre sur la Feuille d'Avis que la régence de Sullens était vacante: 6 sols."

* * *

(1) comptes de 1757

 

Bien sûr, le ministre est tenu au courant: on lui remet le projet de régence le 18 septembre. Puis les comptes mentionnent:

 

"Payé aux treize régents qui ont subi l'examen, à chacun I0 baches: 32 fl. 6 s."

 

On peut penser que la nomination s'est faite déjà comme à la fin de l'Ancien Régime; la commune, en assemblée des communiers, assistait à l'examen présidé par le ministre, et nommait deux candidats estimés capables, puis le ci-devant seigneur en choisissait un, mais "sans désobliger la Commune".

 

Le nouvel élu s'appelle Meylan (ou Maylan). Aussitôt, on va quérir ses affaires, on répare l'appartement. Il faut un cent de "rioutes" pour fermer son plantage, on creuse une "collice" à son jardin, on ferme son "record" sur le Raffort, on a encore besoin d'un char de bois. Il est vrai que c'est un régent qui sait tout faire.

 

"19e juillet Livré au régent Maylan pour resemeler les souliers à la Bossy: 1 fl 9"

 

A une autre occasion, il aide les maçons. Sa pension est toujours de 75 fl et la surveillance de l'horloge de 25 fl.

 

Le régent Guignard n'a pas disparu. Il tenait à rester au village. Il doit désormais payer, comme tout autre "habitant" une "souferte". La première année, la Commune lui accorde une réduction de moitié "sans conséquences". En 1787, la Commune doit proposer deux ou trois personnes "des plus entendues" pour le remplacement de l'inspecteur... pas d'école, celui des routes et chemins ! Eh bien, elle désigne Jean-Jacques Guignard et deux autres, en précisant seulement que le nouveau nommé ne "pourra pas exiger un gage plus élevé". Et c'est Guignard qui sera nommé. Il habite donc à Sullens, et dans les comptes ou procès-verbaux, il reste toujours le "régent Guignard" !

 

L'école de Sullens semble bien tenue, les règlements bien appliqués; c'est l'avis exprimé dans la requête Stapfer de 1799. Le régent participe à la vie locale (il est souvent le témoin dans les actes, par exemple). La Commune veille à ce que les parents paient leur contribution: ainsi, à Pâques 1771, 10 doivent en nature 15 quarterons de blé.

 

Lorsqu'un enfant est misé ou placé, il est toujours précisé qu'il doit fréquenter l'école.

 

Après Meylan, c'est un nommé Mottaz qui lui succède avant de partir pour Lutry et d'être remplacé en 1793 par Jean-Marc Ammann qui vient de Lausanne. Ce dernier a reçu une sérieuse formation à l'Académie de Lausanne. Il est étonnant qu'il soit venu à Sullens plutôt que dans une localité plus importante. On parle alors de "Monsieur le Régent" !

 

 G. Chamot

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRGIumuzfSQoZyjwZ1BMdX88DiBqoL_ulGI_DjVE9bWeJegtU0ooA HOME

 

~-~-~-~-~-~-~-~

 

"Les Herbettes"  

Lè z'Herbè, lè Medez-Herbè (les mange-herbe). Les ménagères de Sullens n'avaient pas beaucoup d'affinité pour la viande et préféraient des plats plus végétaux. Elles apprêtaient de ce fait surtout les herbes, c'est-à-dire des épinards, pissenlits et autres.
 

Rechercher

Sullens  -  Bournens  -  Boussens 

Les sociétés locales peuvent annoncer leurs manifestations et soirées sur le site en cliquant ici 

Si certains liens/informations ont changé

ou ne fonctionnent pas,

merci de nous en informer par e-mail

SOS

 

Tél. 144

Centrale d'urgences sanitaires 

 

Tél. 0848 133 133

Centrale des médecins + dentistes + pédiatres + psychiatres + pharmacies de garde

Météo

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRGIumuzfSQoZyjwZ1BMdX88DiBqoL_ulGI_DjVE9bWeJegtU0ooA HOME