26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 06:05

Terminologie

 

L'année 1752 a été catastrophique pour Sullens: la grêle a détruit en grande partie la récolte de céréales. Il fallut acheter les "sements d'automne". Mais avec quel argent ?

On s'adresse au Noble et Généreux (titre bien mérité en l'occurrence !) Seigneur de Sullens, Charles D'Albenas.

 

En effet, une cédule du 6 décembre 1752 stipule que le seigneur de Sullens a

"réellement prêté à divers fois au sieur Pierre Ramuz le Jeune ainsy (= en tant que) gouverneur de Sullens..."

4122 florins, pendant les mois d'août et septembre pour fournir

"... Aux particuliers du village de quoi se procurer les sements de l'Authonne..." payables avec intérêt dès le 1er juillet 1753, une partie à la St-Martin, et l'autre à la St-Martin 1754.

 

Mais le remboursement ne s'est pas effectué si facilement. Le premier versement n'arrive que le 1er juillet 1755 :1337 florins. D'autres remboursements partiels suivront.

Une note marginale du document précise :

"La présente cédule ne vaut plus que pour 721 fl.5s. Dont l'intérêt court dès le 1er juillet 1764..."

La cédule ne sera annulée, capital et intérêts, que le 30 janvier 1765. Les notes marginales mentionnent bien que les intérêts - 5% - ont été régulièrement payés.

L'annulation est signée du secrétaire Henriod, de Jean-Pierre Badan le Jeune, gouverneur et de Charles D'Albenas. (1)

 

Ce n'est pas la seule occasion où les communiers recoururent à la bourse de leur seigneur. Ainsi le 16 novembre de l'année suivante, 1753 : La Commune reconnaît devoir à Charles D'Albenas

"... sept cents francs de dix batz pièce (ce qui équivaut à 1750 florins; les francs" sont moins souvent mentionnés que les "florins')

laquelle provient pour argent à nous pretté ce jourd'huy en beaux el bons Louis neufs..."

payables dans 9 années avec intérêt dès ce jour. La commune s'engage à rembourser "50 francs à la fois après tous intérêts payés.". Et suivent les signatures de Henriod, secrétaire, de Daniel Sechaux, gouverneur, et

"marque d'ordinaire de Jean Charles Dubauloz, recteur de ditte année : + ..-"

 

Donc le recteur, chargé pourtant de l'encaissement des intérêts dus par les particuliers à la Commune ne sait pas écrire ! En pratique, et ce n'est pas le seul cas, s'il en a la charge, parce que c'est son tour, c'est un plus capable, en général le secrétaire, qui tient les comptes.

 

Là aussi, les notes marginales démontrent que les intérêts ont été dûment payés jusqu'en...1766 !

 

Georges Chamot

  _ _ _ _ _

 

 

1) La commune emprunte pour prêter aux particuliers qui rembourseront avec plus ou moins de peine : le prêt à un J.-P. Ramuz ne sera totalement remboursé, par exemple, qu'en 1801 !

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRGIumuzfSQoZyjwZ1BMdX88DiBqoL_ulGI_DjVE9bWeJegtU0ooA HOME

 

~-~-~-~-~-~-~-~

 

"Les Herbettes"  

Lè z'Herbè, lè Medez-Herbè (les mange-herbe). Les ménagères de Sullens n'avaient pas beaucoup d'affinité pour la viande et préféraient des plats plus végétaux. Elles apprêtaient de ce fait surtout les herbes, c'est-à-dire des épinards, pissenlits et autres.
 

Rechercher

Sullens  -  Bournens  -  Boussens 

Les sociétés locales peuvent annoncer leurs manifestations et soirées sur le site en cliquant ici 

Si certains liens/informations ont changé

ou ne fonctionnent pas,

merci de nous en informer par e-mail

SOS

 

Tél. 144

Centrale d'urgences sanitaires 

 

Tél. 0848 133 133

Centrale des médecins + dentistes + pédiatres + psychiatres + pharmacies de garde

Météo

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRGIumuzfSQoZyjwZ1BMdX88DiBqoL_ulGI_DjVE9bWeJegtU0ooA HOME